AccueilPortailGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Stefan Edberg : la classe éternelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
botany
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3204
Age : 42
Joueur : Ted le passeur, Stich, Edberg, Mac Enroe, Korda, Martin, Paes, Pioline, Moya, Melzer, Bruguera, Darcis, Muster,
Joueuse : Safina, Henin, Davenport, Novotna, Pierce, Hingis
Points : 20127
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Dim 9 Déc - 11:30

Lucien de Samosate a écrit:
Je suis par hasard retombé sur ce vieux machin:

http://www.dailymotion.com/relevance/search/edberg/video/x3ajvp_pub-adidas-edberg-1993_sport

Pas d'accord avec la dernière phrase, je ne vois pas le sport comme un métier. Cela mé dérange de considérer le tennis comme une profession.
Revenir en haut Aller en bas
Stefan.Federer
N°2 Mondial
N°2 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1029
Age : 41
Joueur : Roger Federer
Joueuse : Steffi Graf
Points : 18210
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Ven 19 Sep - 21:48

J'ignore si vous êtes au courant les vieux croulants mais Edberg fait ses grands débuts sur le Senior Tour cette semaine. Dans le cadre du Trophée Lagardère, sur terre, il a infligé une nouvelle torchée à Muster ce jeudi (6-2, 6-1 ! Cool ) et s'est défait de Forget ce vendredi 6-4, 7-6. J'aurais tant aimé voir ça, le tournoi est apparemment diffusé sur W8... chaîne que je ne capte pas bien évidemment! No
Revenir en haut Aller en bas
botany
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3204
Age : 42
Joueur : Ted le passeur, Stich, Edberg, Mac Enroe, Korda, Martin, Paes, Pioline, Moya, Melzer, Bruguera, Darcis, Muster,
Joueuse : Safina, Henin, Davenport, Novotna, Pierce, Hingis
Points : 20127
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 8:18

Stefan.Federer a écrit:
J'ignore si vous êtes au courant les vieux croulants mais Edberg fait ses grands débuts sur le Senior Tour cette semaine. Dans le cadre du Trophée Lagardère, sur terre, il a infligé une nouvelle torchée à Muster ce jeudi (6-2, 6-1 ! Cool ) et s'est défait de Forget ce vendredi 6-4, 7-6. J'aurais tant aimé voir ça, le tournoi est apparemment diffusé sur W8... chaîne que je ne capte pas bien évidemment! No

Attention, tu vas bientôt plus suivre le Senior Tour que l'ATP Tour !
Muster n'a toujours pas trouvé la solution face au jeu d'attaque d'Edberg, aucune victoire au compteur !
Je reste toujours circonspect face à ce retour d'anciennes gloires même si le côté nostalgique de la chose n'est pas pour me déplaire.
Revenir en haut Aller en bas
Stefan.Federer
N°2 Mondial
N°2 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1029
Age : 41
Joueur : Roger Federer
Joueuse : Steffi Graf
Points : 18210
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 10:22

botany a écrit:


Attention, tu vas bientôt plus suivre le Senior Tour que l'ATP Tour !
Muster n'a toujours pas trouvé la solution face au jeu d'attaque d'Edberg, aucune victoire au compteur !
Je reste toujours circonspect face à ce retour d'anciennes gloires même si le côté nostalgique de la chose n'est pas pour me déplaire.

Tu me charries là mais plutôt à juste titre! Razz

L'ATP Tour ne signifie d'ailleurs plus grand-chose à mes yeux, en ce qui me concerne je ne connais que le Federer Tour et tout le reste m'importe un minimum! Twisted Evil

Sans être un fidèle suiveur du Senior Tour, je prends toujours grand plaisir à revoir ces champions qui m'ont tant fait vibrer du temps de ma lointaine jeunesse. Contrairement à toi, je ne pense pas qu'il faille voir là des tentatives de retour de leur part mais plutôt le simple bonheur pour eux de pouvoir revivre ne serait-ce qu'un tant soit peu le parfum de leurs ivresses d'antan. Sans compter l'aspect "beurre dans les épinards" bien sûr...

Dans la mesure où la plupart de ces légendes ont conservé un excellent niveau de jeu et offrent bien souvent un spectacle de bonne facture, ce circuit Senior me semble avoir toute sa légitimité, d'autant plus qu'il comble aussi l'insatiable soif de nostalgie qui habite une proportion non négligeable de types de ma génération (et la tienne!).

Ensuite, tout parallèle avec l'ATP Tour est bien évidemment ridicule et ne présente en définitive absolument aucun intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
botany
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3204
Age : 42
Joueur : Ted le passeur, Stich, Edberg, Mac Enroe, Korda, Martin, Paes, Pioline, Moya, Melzer, Bruguera, Darcis, Muster,
Joueuse : Safina, Henin, Davenport, Novotna, Pierce, Hingis
Points : 20127
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 14:50

Stefan.Federer a écrit:


Sans être un fidèle suiveur du Senior Tour, je prends toujours grand plaisir à revoir ces champions qui m'ont tant fait vibrer du temps de ma lointaine jeunesse. Contrairement à toi, je ne pense pas qu'il faille voir là des tentatives de retour de leur part mais plutôt le simple bonheur pour eux de pouvoir revivre ne serait-ce qu'un tant soit peu le parfum de leurs ivresses d'antan. Sans compter l'aspect "beurre dans les épinards" bien sûr...


J'ai beaucoup de mal à savoir quelles sont les motivations exactes de ce Senior Tour, aucune ne me donne entière satisafction.

-Soit il s'agit comme tu le penses d'une envie de revivre le parfum d'une ivresse passée. C'est romantique et donc un peu pathétique en même temps. Dans la vie, il faut vivre chaque étape il me semble, vouloir retrouver à 40 ans sa vie et ses sensations de 20 ans ne peut mener qu'à l'inaction et à la satgnation voire à la régression. Certes,je suis mal placé pour critiquer une telle attitude.
Pourquoi ces joueurs n'arrivent-ils pas à passer à autre chose, pourquoi veulent-ils encore jouer des matches contre des adversaires qu'ils ont rencontrés un grand nombre de fois ? Qu'ont-ils donc laissé sur place ? L'argent, le succès ils disaient en avoir trop et promettaient le jour de leur retraite qu'ils allaient enfin faire autre chose que du sport parce quele sport à haut niveau leur avait demandé beaucoup de sacrifices.
Faut-il voir cela comme des sorties entre potes comme on se retrouve autour d'un café après plusieurs années sans nouvelles ?


-Soit c'est une affaire qui roule et qui brasse de l'argent. Mais ils en ont eu beaucoup, assez pour vivre correctement un long moment. Surtout ceux qui ont dominé ce sport. Cependant on sait qu'il y a une génération de plus en plus importante de personnes d'un certain âge qui peuvent jouer au tennis. Le marché est important, peut-être que la meilleure façon de les fidéliser est de ressortir ces anciennes gloires dont ils se souviennent qui leurs montrent que l'on peut encore jouer après 40 ans. Nadal ne donne peut-être pas envie au quinqua d'aller tapper la balle.

Cela m'étonnerait beaucoup que le ST ne soit qu'une association "d'anciens élèves" du circuit ATP venus dépoussiérer leurs exploits.
J'ai bien peur qu'il faille d'abord y voir une aventure financière des plus juteuses dont les consommateurs visés seraient les papys.

Mais j'avoue que revoir Becker et Edberg même empâtés et moins affûtés face à face avec un jeu certes éloigné de ce qu'ils pouvaient produire il y a 20 ans me comblerait de joie. Sad
Revenir en haut Aller en bas
vdd
N°1 Mondial
N°1 Mondial


Masculin
Nombre de messages : 13827
Age : 40
Joueur : Courier, Federer, Medvedev, Sampras, Agassi, Safin,Baghdatis, Roddick, Almagro, Djokovic, Gasquet
Joueuse : les Williams, Sabatini, Santoro
Points : 22843
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 17:33

C'est tout simplement une manière d'exister à nouveau. Faut pas oublier qu'on parle de mecs jeunes tout de même. Les Ivanisevic, Courier ou même Edberg ont pas encore 40 ans. Et à cet âge là, j'en connais dans mon entourage qui laisseraient pas mal de jeunes férus de tektonik raide sur le tatami à cracher leurs clopes. Laughing Donc on parle de types en pleine forme qui ont encore dans le bide et dans la raquette de quoi se faire largement plaisir. En plus, ils ont même plus le stress de la compète.
Revenir en haut Aller en bas
botany
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3204
Age : 42
Joueur : Ted le passeur, Stich, Edberg, Mac Enroe, Korda, Martin, Paes, Pioline, Moya, Melzer, Bruguera, Darcis, Muster,
Joueuse : Safina, Henin, Davenport, Novotna, Pierce, Hingis
Points : 20127
Date d'inscription : 28/05/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 17:36

vdd a écrit:
C'est tout simplement une manière d'exister à nouveau. Faut pas oublier qu'on parle de mecs jeunes tout de même. Les Ivanisevic, Courier ou même Edberg ont pas encore 40 ans. Et à cet âge là, j'en connais dans mon entourage qui laisseraient pas mal de jeunes férus de tektonik raide sur le tatami à cracher leurs clopes. Laughing Donc on parle de types en pleine forme qui ont encore dans le bide et dans la raquette de quoi se faire largement plaisir. En plus, ils ont même plus le stress de la compète.

Je n'avais pas pensé à cette option de loin la plus rassurante. Tu as sans doute raison Wink
Revenir en haut Aller en bas
colin
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 34
Points : 19029
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Sam 20 Sep - 20:15

botany a écrit:
vdd a écrit:
C'est tout simplement une manière d'exister à nouveau. Faut pas oublier qu'on parle de mecs jeunes tout de même. Les Ivanisevic, Courier ou même Edberg ont pas encore 40 ans. Et à cet âge là, j'en connais dans mon entourage qui laisseraient pas mal de jeunes férus de tektonik raide sur le tatami à cracher leurs clopes. Laughing Donc on parle de types en pleine forme qui ont encore dans le bide et dans la raquette de quoi se faire largement plaisir. En plus, ils ont même plus le stress de la compète.

Je n'avais pas pensé à cette option de loin la plus rassurante. Tu as sans doute raison Wink

On parle de mecs qui ont commencé à l'âge de 5 ans. Qui à 12 ans étaient TOTALEMENT dedans et qui en sont sorti à 30 ou 35 ans.

Bref, c'est leur vie. Ils sont marqués au fer rouge. Y avait pas de plan B dans leur vie.

Tu crois que Nadal va se reconvertir dans la physique quantique ou la méditation thibétaine? scratch ça m'étonnerait... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Samprasworld
N°2 Mondial
N°2 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1827
Age : 27
Localisation : Loos
Joueur : Sampras - Federer - Edberg - Rafter - Becker - Wawrinka - Haas - Safin - Nalbandian - Ljubicic
Joueuse : Graf - Hingis - Henin - Mauresmo - Kerber - Lisicki - Stosur - Shvedova - Kvitova - Radwanska - Petkovic
Points : 15404
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Mar 16 Fév - 18:16

Il était magique! il manque beaucoup au tennis car on ne voit plus vraiment de serveurs-volleyeurs tel que lui de nos jours, tout ça à cause du ralentissement des surfaces. Mais il manque surtout pour son fair-play exemplaire et sa grande sportivité. On ne voit plus d'homme aussi fair-play et sportif de nos jours à part quelques-uns. Une chose pour laquelle il me manque le plus c'est pour son jeu exceptionnelle. Le plus beau et le plus élégant serveur-volleyeur que j'ai vu! c'était tout simplement la beauté du jeu, la grande classe. Sa volée de revers était une pur merveille, un bijou! un des plus beau revers à une main: une grande précision et une technique fantastique! et quelle vitesse de déplacement! un sens de l'anticipation hors du commun, il était d'une vivacité extraordinaire. Et que dire de sa manière de s'élancer vers le filet quand il faisait service-volée. On dirait qu'il volait presque tellement il paraissait relâcher dans son exécution. Un service toujours bien placé, bien que n'étant pas d'une grande puissance. Puis pour revenir à son jeu de volée, quelle merveille! La plus belle et la plus efficace des volées que j'ai vu, surtout en touchée de balle, en bref le meilleur volleyeur de l'histoire du tennis. Il était toujours bien plier sur ses jambes au moment de volleyer, et que des réflexes! c'est pour ça qu'il est le meilleur de tous dans ce domaine. Seul bémol, son coup droit. Il était assez moyen malheureusement, c'est peut être pour cela qu'il n'a pas gagné la finale de roland garros contre Chang, il était pourtant si proche. Mais bon il faut dire que Chang était sur toutes les balles à chaque fois, il n'a pas démérité. Je suis sur que si il avait eu un meilleur coup droit et un jeu un peu plus puissant, il aurait certainement gagné plus de grand chelem. Mais son palmarès est tout de même digne des plus grands. Un point également que pas mal de gens oublie je pense concernant son jeu, c'est le superbe lob qu'il avait. Quelle précision! Et au niveau de ses confrontations, celles avec Becker restent les plus belles. Toujours de magnifiques matchs, surtout à wimbledon, ou Edberg remporte merveilleusement le cinquième set après que becker soit revenu de deux sets à zéro, mais je ne sait plus si c'est celle de 89 ou 90. Pour finir sur ce joueur fantastique, à la fluidité extraordinaire, il reste à mes yeux le plus beau joueur de l'histoire, notamment pour son jeu à la volée, qui reste le plus magnifique que j'ai vu! et aussi pour sa sportivité. C'est le joueur que j'ai le plus admiré, mon idole avec sampras et federer. Merci Edberg pour ses super moments que tu nous a fait vivre, grâce à ton fair-play, à ta sportivité et à ton superbe jeu qui était d'une toute beauté! même encore maintenant tu reste le plus beau à regarder jouer je trouve. La grande classe, le plus élégant et le plus gracieux à jamais! Merci d'avoir rendu ce sport magnifique si populaire, si beau à regarder grâce à toi!


Dernière édition par Samprasworld le Mer 11 Aoû - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samprasworld
N°2 Mondial
N°2 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1827
Age : 27
Localisation : Loos
Joueur : Sampras - Federer - Edberg - Rafter - Becker - Wawrinka - Haas - Safin - Nalbandian - Ljubicic
Joueuse : Graf - Hingis - Henin - Mauresmo - Kerber - Lisicki - Stosur - Shvedova - Kvitova - Radwanska - Petkovic
Points : 15404
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Mar 16 Fév - 19:09

Stefan.Federer a écrit:
Depuis sa retraite prématurée voila plus de 10 ans déjà (1996) je reste un nostalgique invétéré du tennis pétri de panache que développait en son temps celui qui reste pour moi le meilleur serveur-volleyeur de toute l'histoire du jeu, j'ai nommé Stefan Edberg bien sûr! Smile

Au début des années 1980 et dans le sillage d'un Björn Borg fraîchement retraité des courts, le tennis suédois arrive en force sur le circuit en faisant triompher un style de jeu basé sur l'usure de l'adversaire, principalement grâce à un lift extrêmement prononcé et des revers à deux mains d'une solidité à toute épreuve.

Dans ce royaume des bûcherons de la raquette, un jeune intrus iconoclaste va pourtant bouleverser les traditions en vigueur, un certain Stefan Edberg qui non content de lâcher sa deuxième main se permet de surcroît l'insolence d'abandonner les longues filières de fond de court pour déployer à la place un impeccable jeu de service-volée. Nul besoin de préciser qu'en prenant ainsi le contre-pied des enseignements de l'école suédoise, il détonna singulièrement dans son pays mais n'en réalisa pas moins un véritable tour de force dans la catégorie juniors en y réussissant un fantastique Grand Chelem en 1983!

Dès la saison suivante,en 1984, Edberg réalise son premier coup d'éclat sur le circuit en ouvrant son palmarès à l'occasion du tournoi de Milan, qu'il remporte aux dépens d'un des meilleurs joueurs mondiaux de l'époque, son compatriote et futur rival Mats Wilander. L'année 1985 est celle de l'explosion d'Edberg au sommet de la hiérarchie puisqu'à seulement 19 ans il accomplit l'exploit d'enlever son premier titre du Grand Chelem en Australie, alors disputé sur le gazon de Kooyong. Lui qui est déjà réputé pour son extrême discrétion prouve durant ce tournoi qu'il a l'étoffe d'un véritable champion, en 1/2 finale et à l'issue d'un combat acharné il terrasse Ivan Lendl 9-7 au 5ème set avant de laminer Wilander en finale. Alors que le génial John Mc Enroe,l'attaquant-référence du début des années 1980, entame un irréversible déclin, il trouve un successeur tout désigné en la personne de ce jeune suédois à la personnalité diamétralement opposée à la sienne mais aux enchaînements service-volée aussi merveilleusement huilés.

Les deux années suivantes 1986 et 1987 voient la confirmation du formidable potentiel d'Edberg qui aligne les titres sur le circuit et atteint très régulièrement le dernier carré en Grand Chelem. Une saison 1987 prolifique ,ponctuée par un nouvel Open d'Australie, lui permet de terminer l'année à la seconde place mondiale derrière le "boss" Lendl. De 1988 à 1990 il passe à la vitesse supérieure et devient le maître de Wimbledon, y atteignant trois finales d'affilée et en remportant deux, des finales disputées à chaque fois face au même adversaire, Boris Becker, alors son plus grand rival. Les duels entre ces deux superbes attaquants se sont souvent avérés extrêmement spectaculaires, le plus mémorable d'entre eux est sans conteste cette magnifique finale de Wimbledon 1990 qu'Edberg enlève sur le fil 6-4 au 5ème alors que Becker avait pourtant comblé un handicap de deux manches à rien. Cette saison 1990 marque fort logiquement l'accession d'Edberg au premier rang mondial malgré un titre de champion du monde qui lui fut alors scandaleusement refusé au profit de Lendl!

Dans ce récapitulatif des grands moments de la carrière d'Edberg, je ne peux hélas occulter ce qui demeure aujourd'hui encore comme l'un de mes pires souvenirs de téléspectateurs, sa terrible défaite en finale de Roland Garros 1989 contre celui qui en est toujours à ce jour le plus jeune vainqueur, Michael Chang bien sûr! Avant cette édition 1989, la terre battue s'était toujours dérobée sous les semelles de Stefan Edberg, lui l'attaquant naturel n'étais jamais parvenu jusque-là à y imposer ses offensives et dépasser les 1/4 à Paris (en 1985). Contraint à l'abandon à l'Open d'Australie suite à pourtant une impressionnante démonstration face à Pat Cash, il arrive Porte d'Auteuil sans véritable repère mais profite (pour une fois!) d'un bon tableau pour se hisser à nouveau en 1/4.où à la surprise générale il étrille l'un des principaux favoris du tournoi, Alberto Mancini, lequel restait sur deux titres à Monte Carlo et à Rome. Au stade des 1/2 c'est une nouvelle fois Boris Becker qui se dresse sur sa route, Edberg plus frais physiquement s'impose au finish dans le 5ème set, lui le spécialiste du gazon se retrouve en finale de Roland Garros! Une finale qu'il aborde clairement avec l'étiquette de favori incontestable face à un Michael Chang alors seulement âgé de 17ans et 3 mois et totalement novice à ce niveau-là... Sous une chaleur plutôt torride, les assauts renouvelés d'Edberg lui permettent de prendre l'ascendant sur le tennis excessivement attentiste de Chang, l'opposition de style est totale et semble tourner irrésistiblement en faveur d'Edberg qui se détache par 2 sets à 1 avant de se procurer dans le 4ème set une dizaine de balles de break (si je ne m'abuse!) réparties sur plusieurs jeux différents...balles de break qu'il laissera malheureusement toutes échapper face à un Chang multipliant les miracles en défense. C'est le tournant du match puisqu'une fois Chang revenu à 2 sets partout, le suédois s'effondrera brutalement dans le dernier set, littéralement exténué physiquement mais encore davantage sur le plan mental! En perdant cette finale sur le fil, il laisse s'envoler à jamais sa seule opportunité de triompher à Paris, où les spécialistes de la surface ocre lui barreront impitoyablement la route lors des éditions suivantes. Je me souviendrai toujours quant à moi de cette finale 1989 comme du plus cruel des crépuscules pour le tennis d'attaque ,5 années après l'inoubliable mais ô combien tragique Lendl-Mc Enroe. Crying or Very sad

Jusqu'en 1991, Stefan Edberg s'était imposé à 4 reprises en Grand Chelem mais sur une seule surface, le gazon, puisque l'Open d'Australie a émigré sur le Rebound Ace de Melbourne à partir de l'édition 1988 seulement. Lors de sa finale 1990 face à Ivan Lendl, il y a fort à parier qu'Edberg se serait imposé s'il ne s'était pas soudainement bloqué le dos alors qu'il venait pourtant de survoler brillamment la première manche avant d'être contraint à l'abandon à un set partout, jusqu'à cette finale il avait réussi un tournoi particulièrement étincelant. Son premier titre du Grand Chelem sur une surface autre que le gazon, il le conquiert l'année suivante et de la plus magistrale des manières en réalisant un véritable festival durant l'US Open 1991 qu'il remporte en surclassant des champions de la trempe de Chang, Lendl ou Courier, à qui il ne laisse que 6 misérables jeux en finale... Pour la seconde année consécutive Edberg vire en tête au classement final 1991.
Sa saison 1992 se révèlera moins reluisante...du moins jusqu'à un US Open où il va une fois de plus étaler toute l'étendue de son panache et faire preuve d'une force de caractère monumentale pour défendre victorieusement son titre. A partir des 1/8èmes, face à respectivement Krajicek, Lendl en 1/4 et Chang en 1/2, Edberg se retrouve à chaque fois mené d'un break dans le 5ème set mais parvient à revenir en se ruant au filet sans relâche, son exceptionnelle condition physique lui permettant également de faire la différence. Pour parachever ce véritable parcours du combattant, il triomphe en (seulement!) 4 sets de Pete Sampras en finale, accomplissant de mon point de vue l'un des plus grands exploits en Grand Chelem dans le tennis moderne, tant sur le plan athlétique que mental. cheers

A compter de la saison 1993, de plus en plus malmené par la nouvelle génération de joueurs surpuissants, sans doute quelque peu démobilisé aussi par la naissance de sa fille et ses nouvelles responsabilités paternelles, Edberg va peu à peu décliner et rétrograder au classement. Sa défaite-surprise en 1/2 finale de Wimbledon 1993 face à Courier le démoralisera durant de nombreux mois de son propre aveu, l'occasion était trop belle pour lui de s'imposer pour la 3ème fois à Londres, d'autant qu'il y aurait retrouvé un Sampras dont c'était la première finale (avant une très longue série!) et qu'il venait encore de dominer en 1/2 finale à Melbourne. Malgré quelques coups d'éclats sporadiques, comme ce tournoi de Madrid 1993 sur terre battue qu'il s'adjuge en rétamant Bruguera en finale, le suédois au jeu d'attaque de cristal se dirige tout droit vers la sortie des artistes... Au terme d'une saison 1995 catastrophique, il plonge pour la première fois en 10 ans au-delà de la 20ème place mondiale. Prenant alors conscience qu'il ne pourra à l'évidence plus jamais renoué avec ses exploits passés, il annonce alors sa décision de mettre un terme à sa carrière à l'issue de la saison 1996. Une année 1996 en forme de sublime jubilé, Edberg y sera fêté par les publics du monde entier comme le prince de l'élégance qu'il fut tout au long de son exemplaire carrière. Porté par ce redoublement d'affection à son égard, "gentleman Stefan" s'offre un magnifique baroud d'honneur, notamment à l'occasion de Roland Garros où il mystifie tout d'abord Moya avant de réussir peut-être son dernier chef-d'oeuvre en 1/16èmes sous la forme d'une éblouissante revanche sur Chang qui l'avait privé du titre tant désiré 7 ans plus tôt. Le journal "L'Equipe" titrera le lendemain : "Edberg, chef-d'oeuvre de la renaissance" et c'est très précisément le sentiment que je garde de cette rencontre aujourd'hui encore même si cette magnifique sortie de classe ne pourra jamis effacer dans mon coeur la si cruelle déception de 1989...
Une ultime saison encore marquée par une accession en 1/4 de finale de l'US Open, Edberg terminera donc sa carrière en remontant à un très honorable 14ème rang...hélas (pour moi en tout cas!) il ne put contribuer à la victoire de son pays en Coupe Davis en finale face à la France, victime d'une cruelle blessure au cours de son match d'entrée contre Pioline le 1er jour, il se voit contraint la mort dans l'âme de déclarer forfait à l'occasion du match décisif face à Boetsch, il est remplacé in extremis par Kulti, nous connaissons tous la suite! Wink


Ce qui me reste d'Edberg aujourd'hui? Uniquement de merveilleux souvenirs, en premier lieu celui d'un champion pétri de classe sur et en dehors des courts. L'élégance de son merveilleux tennis de pur attaquant n'avait d'égale que son admirable fair-play, toujours digne aussi bien dans la victoire que dans la défaite, modeste en toutes circonstances, un sportif d'une exemplarité totale, d'ailleurs je retrouve beaucoup de lui en Federer à ce niveau-là. Lors d'un sondage publié dans Tennis Magazine il y a une dizaine d'années de cela, Edberg avait été largement plébiscité par ses pairs comme le joueur à la fois le plus fair-play, le plus modeste et le plus sympathique d'entre tous, dans un autre sondage il arrivait également en tête comme le meilleur technicien suite à l'addition des points accumulés dans chaque secteur du jeu. Il ne fait aucun doute pour moi qu'il fut en tout cas et de très loin le meilleur volleyeur de l'histoire du tennis, meilleur même que ne l'a été Mc Enroe encore avant lui car Stefan était doté de capacités athlétiques qui lui permettaient une souplesse de jambes exceptionnelle et une couverture du filet bien supérieure à celle du mythique américain. Son magnifique revers à une main était également un modèle du genre, il était capable de toutes les variations de trajectoire, quant à ses approches slicées, elles étaient d'une telle qualité qu'elles ne laissaient la plupart du temps qu'un minimum d'ouverture pour le passeur en face. Son seul point faible technique aura bien évidemment toujours résidé dans son coup droit "poussé" plutôt que frappé, un coup manquant singulièrement aussi bien de sécurité mais surtout de puissance et qui l'aura j'en suis certain empêché de remporter 3 voire 4 Grands Chelem supplémentaires...Quoi qu'il en soit, le nom de Stefan Edberg restera à jamais gravé en lettres d'or dans ma mémoire d'amoureux du beau jeu, cet attaquant-funambule au style inégalable a marqué toute une décennie de son indélébile empreinte et bien au-delà, il côtoie désormais pour l'éternité John Mc Enroe et Pete Sampras au sein du Panthéon des attaquants, que grâce leur soit rendue à tous les trois pour l'ensemble de leur oeuvre...


Que dire de plus face à ça, tu as dit tout ce qu'il fallait. Bravo pour ta merveilleuse description sur Edberg, le plus beau joueur qui est existé. Bravo également pour ton très bel hommage sur les superbes attaquants que sont mcenroe et sampras, et sur l'éloge que tu as décerné au tennis d'attaque, le plus merveilleux style de jeu du tennis.

:hello:
Revenir en haut Aller en bas
Samprasworld
N°2 Mondial
N°2 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1827
Age : 27
Localisation : Loos
Joueur : Sampras - Federer - Edberg - Rafter - Becker - Wawrinka - Haas - Safin - Nalbandian - Ljubicic
Joueuse : Graf - Hingis - Henin - Mauresmo - Kerber - Lisicki - Stosur - Shvedova - Kvitova - Radwanska - Petkovic
Points : 15404
Date d'inscription : 09/02/2010

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Mer 11 Aoû - 19:49

Il y a une vidéo d'Edberg que j'adore, ou on le voit en finale de Wimbledon contre Becker. C'est sur une musique de Dirty Dancing : "Hungry Eyes", on l'on peut admirer toute son élégance et la beauté de son jeu, je ne me lasse jamais de la regarder, surtout que j'adore aussi la musique qui va avec. Je pense que beaucoup d'entre vous la connaisse, mais c'est tellement beau à regarder

http://www.youtube.com/watch?v=V_adIBhH7wA
Revenir en haut Aller en bas
Stefan edberg59
N.C
N.C
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 19
Joueur : Stefan edberg, Pete sampras
Joueuse : Steffi graff
Points : 7686
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Mar 16 Avr - 18:57

Je suis d'accord avec toi stefan federer . Dans la plupart des grands chelems edberg avait des tableaux très compliquer ce qui est étrange alors qu'il était numéro 1ou 2 mondial. Par exemple à Roland garros 1991 edberg est alors numéro 1 mondial mais avant de perdre en quart contre courier il va affronter : skoff, chesnokov, cherkasov qui sont des très bon joueur sur terre. ou encore lors de l'us open 1991 et 1992 il affronte à chaque fois chang et lendl. Mis à part sur quelque grand chelems , la plupart du temps stefan n'avait pas de tableau facile.
Revenir en haut Aller en bas
Kid Stefano
N°1 Mondial
N°1 Mondial
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12988
Age : 38
Localisation : Chez moi!
Joueur : Agassi the ONE AND ONLY-Djokovic Gasquet Del Potro, Safin, Nalbandian Leconte Noah
Joueuse : Seles, PHM!!!!
Points : 28760
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   Mer 17 Avr - 20:32

Tout le monde était d'accord avec Stefan Federer, mais personne a compris quand il a quitté le forum.

Quant à Edberg, j'avoue que je n'ai jamais étudié ni fait gaffe à ses tableaux, mais si tu le dis, je te crois...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stefan Edberg : la classe éternelle.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stefan Edberg : la classe éternelle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Index Forum Tennis fr :: ATP : le circuit international et ses joueurs :: Légendes et anciens joueurs du tennis ATP :: Stefan EDBERG-
Sauter vers: